1 décembre 2022

Réunion départementale de la médiation numérique en Isère (EPN ISÈRE)

Compte-rendu du 2 juin 2022 – Pierre-Châtel

© Cypiée / EPN Isère


Après un chaleureux accueil et de belles viennoiseries, Annie Raynaud (Cypiée) et Yves Eustache (commune de Pierre-Châtel) ont introduit la rencontre, soulignant entre autres l’importance d’un réseau pour le partage d’information, d’outils d’expériences, conventions, appels à projet….   

Tour de table

avec la possibilité de présenter un projet innovant : 

– Elodie, Cypiée
– Guillaume, Bibliothèques d’Échirolles : applications “dont vous êtes le héros” jouables en ligne ici et
– Xavier, CNFS et DSI à L’Albenc : recyclage de PC avec des acteurs locaux
– Sami, CNFS à Échirolles
– Sylvia, CNFS à Emmaüs Connect : PC reconditionnés sous Linux 
– Oana, CNFS au CCAS de Seyssinet-Pariset
– Margaux, La Machinerie à Grenoble : création d’une interface usager pour améliorer des démarches en ligne
– Juliette, CNFS à la Maison des habitants Plateaux du Vercors : balade numérique plurithématique
– Thomas, CNFS à Échirolles : ateliers création de bande dessinée sur BDNF + licences libres & droit d’auteur
– Adèle et Florian, CNFS au Conseil départemental de l’Isère : projet de coordination numérique
– Quentin, CNFS au CCAS de La Tronche : RDV à domicile avec du public âgé
– Wesley : CNFS au Pimms Médiation Isère : création d’une interface web à destination des médiateurs sociaux du Pimms pour améliorer l’accompagnement aux démarches des usagers
– Eugénie, CNFS au Cypiée
– Marnia, médiatrice sociale et numérique Échirolles : projet jeux vidéo et écran en  lien avec la parentalité
– Alexandre, Médiathèque départementale de l’Isère : œuvre d’art numérique avec artiste + bibliothèque (ici)
– Arthur, Bibliothèque de Saint-Égrève : création d’un nouvel EPN sur la commune pour 2026
– Victor, association Pangolin : axe parentalité et jeunesse : ateliers sur Twitch (ici) + programmation jeux vidéo (ici) et fabrication d’une borne d’arcade
– Renaud, Océane et Hugo, l’Age d’Or :  projet Fablab : atelier de conception-impression 3D de prothèses de main pour enfant (participation au projet d’E-nable) ; atelier + réalisation de clip vidéo sur des solutions adaptées pour bien vieillir (ici)
– Adrien Devos, Agate + Hub HinAURA (inclusion numérique régionale) : mise en place d’un site de regroupement d’infos pour la mise en place d’EPN
– Alexandre Iacconi, Plume Studios : plateau télé participatif + radio + podcast
– France et Sébastien, L’@robase à St Quentin Fallavier : sports numériques pour seniors, initiation au code, visio sur Jitsi + tutos vidéo pendant le confinement
– Bernard, Cypiée : réponse aux problèmes de téléphone
– Étienne, Cypiée : création d’une gazette en ligne & par mail ; recensement des Italiens du territoire de la Matheysine avec projet de carto.
– Bernard, Cypiée : sonorisation

© Cypiée / EPN Isère

Présentation des CNFS – par Adrien Devos

Aujourd’hui 30 CNFS en Isère (41 dans l’Ain, 49 sur l’Aisne, 23 sur l’Allier…)
Métier qui contribue à la transition numérique.

Missions : soutenir, sensibiliser, accompagner. Les demandes du public sont d’abord sur : prendre en main du matériel, puis sur les démarches en ligne, puis naviguer sur internet, utiliser/gérer les courriels, gérer des contenus numériques, sur les sites web de santé…….. des pratiques de base dans l’ensemble. Suivant la structure, le lieu, la répartition des missions est différente.

Constat de la difficulté d’exercice : manque de clarté sur les attendus du poste (aujourd’hui 5-6 démissions par département). Enjeu de l’avenir des CNFS : pérennisation (mentionnée dans le nouveau programme présidentiel). S’agit-il de la pérennisation des postes actuels ou du dispositif CNFS avec des postes successifs ?
Quel rôle des structures porteuses dans cette pérennisation ? Fédérer ces structures pour lancer une réflexion à ce sujet.

Le travail en réseau multi-acteurs – par Adrien

Les réseaux locaux sont nombreux (Pôle des ressources numériques de Grenoble, PRN de la Métro, réseau EPN Isère), réseaux CNFS, Promeneurs du Net (contacter Sophie Suel si ça vous intéresse), réseau de parentalité & numérique, réseau numérique des Régies de quartier de France, réseaux nationaux…

NB : prévoir des polos/T-shirts EPNIsère ? 🙂

– indispensable

Plateformes de réseautage :
– channel Discord des CNFS (adresse ???)
chat Mattermost (nécessité d’avoir un identifiant)
– mailing list EPNIsère : mednumisere [AROBASE] framalistes.org
Groupe Facebook Inclusion numérique (Loïc Gervais)
N’hésitez pas à transmettre vos autres outils de communication !!!

Le réseau EPN Isère – par Guillaume Ginoux

Un réseau d’EPN (Espaces Publics Numériques) est réseau d’acteurs ouvert à tous.
150 structures répertoriées sur l’Isère : associations, médiathèques, organismes départementaux, intercommunaux…
Apparition dans les années 2000 : plusieurs dispositifs permettaient d’avoir une subvention et ouvrir un EPN.

Pourquoi un réseau EPN ?

Besoin du public d’accéder au matériel informatique et à Internet. Travail sur plusieurs médias : son, image, vidéo… Passage du statut d’animateur informatique à animateur multimédia. Puis arrivée de la notion de médiateur numérique : il fallait dédramatiser l’arrivée des outils numériques et réseaux sociaux.

Création du réseau en 2010  – réunions des acteurs 2010, 2011, 2013, 2014, 2016, 2019, et 2022 !
Évolution des pratiques en EPN qui suit les évolutions de la société => robotique / démarches en ligne / réseaux sociaux et autres outils.

Aujourd’hui : évolution des dispositifs, de nombreux acteurs aux formes/structures/associations différentes ; des métiers différents =>  rôle du réseau EPN pour fédérer ces acteurs, partager l’expérience, les outils etc.
Demain : structurer le réseau ? Lui donner une forme juridique ?

Plusieurs outils l’animent : site internet avec sa carte des structures actives (projet porté avec HINAURA, + comité de pilotage EPN Isère), Framaliste, et de l’énergie pour animer le réseau !

Retour d’expérience COVID – par Guillaume Ginoux

Suite au questionnaire en amont de la rencontre : 
Expériences : Pangolin : ateliers de création de jeu vidéo + par tchat, puis diffusion par Twitch
Nécessite du matériel puissant + logiciel de montage & gestion de flux.
Création d’applis en ligne : https://mysterealabib.glideapp.io/https://nouretlesmonstres.glideapp.iohttps://aupaysdescouleurs.glideapp.io
Ressources :   https://mediatheque-departementale.isere.fr/

© Cypiée / EPN Isère

Pause repas avec buffet offert par la commune de Pierre-Châtel

Puis, 3 ateliers en parallèle, au choix :

Atelier Wikipédia – par Lucas Levêque

Lucas est formateur-conseiller pour les institutions culturelles. Accompagne les archives, bibliothèques, universités pour la valorisation de leur patrimoine.

Wikipédia est née en 2001 dans la Silicon Valley, grâce à Jimmy Wales.
Au début, il y a eu NuPedia : encyclopédie remplie par des experts. Puis l’utilisation de Wiki, pour faire du “sourcing”, et récupérer les articles pour les reverser dans Nupedia. Très vite beaucoup plus d’articles sont apparus dans Wikipédia, ce qui a poussé à la création d’une fondation : Wikimedia Foundation. Des projets en parallèle de l’encyclopédie sont apparus depuis : Wikimedia Commons, Wikidata, etc..

5 principes fondateurs

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Principes_fondateurs
1. Wikipédia est une encyclopédie : donc pas un dictionnaire ou traducteur (d’où Wiktionnaire), ni une base de données (d’où Commons), etc. Wikipédia ne regroupe pas de travaux inédits.
2. Wikipédia recherche la neutralité de point de vue : Les opinions divergentes sont représentées sur Wikipédia si elles sont sourcées.
3. Wikipédia est publiée sous licence libre : Licence Creative Commons BY-SA : partage à l’identique possible, tant que l’on cite la page Wikipédia + toute reproduction doit être faite sous la même licence.
4. Wikipédia est un projet collaboratif qui suit des règles de savoir vivre : Tous les articles ont des pages de discussion, sur lesquelles il convient de s’exprimer avec respect
5. Wikipédia n’a pas d’autres règles fixes que ces 5 principes fondateurs.

Sur Wikipédia, tout le monde est modérateur des contenus. Les actes techniques sont faits par des administrateurs qui sont élus par la communauté. Si bannissement d’une personne ou suppression d’une page, c’est décidé par la communauté.

En Allemagne, le 5ème article a été supprimé. Les critères d’admissibilité des articles dépendent de choix culturels, et divergent selon les pays (et les communautés Wikipédia). Wikimédia France gère les communautés linguistiques du territoire (langues basques, catalanes, franco-provençales, bretonnes…)

Découverte de la contribution

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aide:D%C3%A9buter
N’hésitez pas à rendre visite au site !
L’onglet communauté recense différents canaux de discussion.
=> RAW : veille sur l’actualité Wikipédia

Filtres : robot de spam, permet d’ajouter des mots-clés (insultes, suites de mots incompréhensibles) et d’alimenter les robots de recherche.
Critères généraux d’admissibilité des articles (lien ici) :
Notoriété : Pour pouvoir être mis en ligne, l’article doit avoir comme source une publication par un éditeur, donc révisé / relu par des pairs (pas par un auteur) ; OU avoir été mentionné dans un ouvrage de référence (encyclopédie, dictionnaire encyclopédie). La presse quotidienne régionale (PQR) n’est pas un critère suffisant pour créer un article, mais peut l’alimenter après création. Si ces critères généraux ne suffisent pas, on peut utiliser des critères spécifiques.
Critères spécifiques (lien ici)

3 types de sources sont acceptées sur Wikipédia : sources primaires (qui émanent du sujet – ne justifient jamais une notoriété, et ne sont pertinentes que si elles sont factuelles), sources secondaires (articles, revues qui n’ont pas de lien direct avec le sujet mais qui publient dessus), sources tertiaires (qui citent une source secondaire – comme Wikipédia par ex.)

Création de compte : on peut modifier un article sans créer de compte. Créer un compte permet de garder ses modifications et échanger avec la communauté. Il est possible de prendre un pseudo, à moins de créer un compte “professionnel” qui mentionne sa structure. Attention, ne pas créer de compte au nom d’une structure (soupçon de manque de neutralité, conflit d’intérêt).

Atelier pratique : modification de l’article “Médiation numérique” qui traite des CNFS (chapitre Gouvernance en France/Etat)

NB : Pour sourcer un article, cliquer après l’information sourcée et avant la ponctuation (avant le point, virgule, point-virgule…). L’intégration de lien rapporte directement le titre de l’article, et parfois la date et l’auteur (infos modifiables manuellement). Si un lien meurt, on peut utiliser archive.org pour citer l’ancienne page. Une source d’un article francophone peut être de n’importe quelle langue.

ATELIER OpenStreetMap – par Jérôme Villafruela

Jérôme est bénévole du Groupe local OSM Grenoble

OPEN STREET MAP  = Cartographie participative
But : faire une carte du monde libre et détaillée, contributive

C’est une base de donnée géographique avec accès à des cartes thématiques suivant niveau de zoom (vélo, lieux accessibles pour les personnes handicapées, itinéraires cyclables, restaurants…etc.)

Histoire : née de l’idée d’avoir accès à une carte avec plusieurs informations.
Évènement marquant :  après le tremblement de terre Haïti en 2010, la communauté d’OSM s’est mobilisée pour faire la cartographie complète d’Haïti avant le tremblement.

Fonctionnement et règles : Licence ODbl 1.0: Open data base licence  => nous sommes libres de copier/ distribuer/utiliser/créer à condition d’attribuer l’origine + partager à l’identique.

Différence OSM/Google Maps :
OSM = Base de donnée libre, fondation anglaise, associative, groupe informel, gratuit, il n’y a pas de favoritisme sur l’affichage des informations.
Google Maps = multinationale américaine, gratuite mais limitée (monétisation progressive et collecte des données personnelles), monétisation des informations.
La communauté OSM est gérée par une fondation britannique (100% bénévole + 1 salarié pour le monde entier) puis déclinée suivant les pays en communauté locale.
OSM France = association nationale depuis 2011 / projet social fondé sur le partage : 2 groupes actifs Grenoble et Lyon ; participation générale ou plus technique, cartoparties également.

Comment contribuer :
– Source de donnée : photos aériennes/gps => données de terrain, photo aérienne, GPS.
– Plus on contribue + la carte sera riche.
Exemple : l’adressage BANO : La nouvelle base d’adresses Nationale Ouverte intègre plusieurs bases (DGFIP/SDIS/IGN/laposte) => décision de créer une seule base de donnée = BAN => licence ouverte mais limitée à OSM cadastre opendata, et IGN et la poste pour alimenter la BAN => cette BAN permet de voir les adresses/lieux dits les plus utilisés et pertinents.
Ex Pierre-Châtel : 71 lieux-dits « non officiels » sans rapprochement OSM => cela mériterait un atelier. Mais également seulement 3 rues non répertoriées, donc il y a 9 ans l’atelier OSM au Cypiée a bien contribué !

Les outils :
Éditeur : JOSM
Application web : ID, PIC4REVIEW
Application smartphone : StreetComplete (contribution dirigée) , osm go ! (contribution sous forme de point d’intérêt), OSMand (GPS : télécharger une carte de région puis naviguer sans connexion), vespucci, junglebus
Les étapes :  ex : ajouter une rue par exemple :
1- Créer un compte sur le site OSM
2- Modifier avec l’outil ID
3- Accès au bouton « ligne » puis créer la rue directement sur la carte, choisir sa classification via liste à gauche, ajouter le nom de la rue, et éventuellement des particularités (ex.: sens unique, piste cyclable…)
4- La notification n’est pas envoyée en temps réel => il faut les envoyer (onglet en haut à droite) + ajouter commentaire => cocher « je souhaite que quelqu’un vérifie les modifications » => ENVOYER => temps variable pour mise à jour sur OSM. Tous les utilisateurs ont les mêmes droits : il est facile de contribuer mais des erreurs sont faciles à faire également. Il y a donc des outils de surveillance :
OSMOSE : outil de rapport de signalements / assurance qualité
OSMCHA : outil de surveillance des modifications (Changeset Analyser) /surveillance des modifications.

Il existe un « WIKI » référentiel/guide que tout le monde alimente pour l’utilisation d’OSM => « MAP USMATIC » disponible sur http://jerome.villafruela.fr
Idées ateliers : randonnées (à télécharger ensuite ou l’inverse avec josm et non gpx), lieux d’intérêt, géocaching, carte personnalisée (UMap) plan de commune, etc.

Atelier “un OS sécurisé sur clé USB avec TAILS” – par Hugo Eymard

Pour télécharger TAILS : https://tails.boum.org

Système d’exploitation portable à vocation de sécurité (réseau Tor, boite à outils sécurisée). Permet de ne pas laisser de traces, avoir un internet non censuré et anonyme. Utilité limitée pour nos publics, surtout objet de curiosité.
Prévoir une clé USB de 8 Go minimum. C’est bien d’avoir des clés préparées si la connexion est limite : gain de temps. Prévoir les images disques en fonction des systèmes d’accueil.

Une fois l’OS installé (grâce à un installeur USB comme BalenaEtcher), faire booter l’ordinateur sur la clé USB.
Possibilité de configurer un “volume persistant” avec mot de passe.

Retour d’expérience sur MacOS 12.4 macbook pro 2018 : Besoin d’enlever la sécurité au démarrage avec CMD+R. La distrib démarre bien mais pas de pilotage du clavier et du touchpad. Ça fonctionne avec une souris externe et clavier virtuel ou externe USB, mais pas de chargement du pilote réseau. Utilisation déconseillée sur Mac !!!

Retour d’expérience sur Windows 10 : navigation lente et langue d’affichage qui varie.

© Cypiée / EPN Isère

Clôture de la journée 🙂

Merci pour vos nombreux retours sur le pad !!! Comme c’est très copieux, voici le résumé :

Le positif :

+ Prise de conscience du réseau, de l’importance d’en faire partie pour le partage
+ Belle journée d’échanges, très enrichissante avec de nouvelles personnes, de nouveaux profils.
+ Diversité des acteurs (18 structures présentes)
+ Nombreux retours positifs sur les ateliers, Partage d’expérience top, à continuer. Plein d’idées à exploiter !
+ Théorie matin et pratique après-midi ça fonctionne
+ Accueil des CNFS
+ Envie que ces rencontres perdurent
+ D’accord avec tout !!!


Idées pour la suite :

=> Forte demande de plus de partage de projets/outils/expériences lors de la journée, et moins de présentation (c’était prévu :))
=> envisager que tous les participants puissent faire les ateliers
=> un outil de communication commun, autre que la mail list ?
=> plus de rencontres dans l’année ? Envisager plusieurs journées pour créer et maintenir une dynamique
=> prochaine rencontre EPN Isère davantage dans le Nord-Isère pour plus d’équité : Saint-Quentin-Fallavier ? L’Albenc ?
=> faire tourner l’organisation, tourner les journées
=> faire de ce réseau un objet légitime. Adrien : Hinaura peut apporter du soutien, notamment le tampon officiel
=> Demande de bénévoles pour participer à l’animation du réseau !

© L’Age d’or / EPN Isère

Merci à tous et à bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.